LES TRAITEMENTS DE CANAL

Aperçu

Le traitement de canal est une intervention qui vise à restaurer une dent très endommagée ou infectée pour la conserver, plutôt que de l’extraire. L’intervention consiste à enlever la partie endommagée de la dent (la pulpe), puis à nettoyer et à désinfecter la cavité avant de la combler et de la sceller. Les fissures, les caries profondes, les traitements dentaires ou les traumatismes à répétition sont les principales causes de dommages à la pulpe dentaire. L’intervention doit son nom (« traitement de canal ») au nettoyage des canaux à l’intérieur de la racine de la dent.

Il y a plusieurs décennies, le traitement de canal était une intervention douloureuse. Grâce aux progrès réalisés en dentisterie et aux anesthésiques locaux, la plupart des personnes ne ressentent de nos jours qu’une légère douleur, sinon aucune pendant un traitement de canal.

À savoir

Le traitement de canal est exécuté en plusieurs étapes, qui requièrent plusieurs visites, selon la situation. Ces étapes sont les suivantes :

L’endodontiste examine la dent et prend des radiographies. Il l’endort ensuite à l’aide d’un anesthésique local.

Une digue dentaire est généralement placée autour de la dent à traiter pour l’isoler et la protéger de la salive.

L’endodontiste pratique ensuite une ouverture, à l’arrière de la dent s’il s’agit d’une dent de devant, ou dans la couronne de la dent s’il s’agit d’une molaire ou d’une prémolaire, pour extraire la pulpe malade. C’est ce qu’on appelle une pulpectomie.

La chambre pulpaire et les canaux radiculaires sont ensuite nettoyés et préparés pour recevoir le matériau d’obturation.

L’endodontiste remplit les canaux radiculaires avec un matériau appelé gutta percha.

Si plusieurs visites sont nécessaires, un matériau de remplissage temporaire est placé dans l’ouverture de la couronne pour protéger la dent entre deux visites. Le matériau provisoire est enlevé et le matériau permanent, la gutta-percha, est inséré dans la chambre pulpaire et dans chacun des canaux radiculaires. L’orifice est ensuite scellé à l’aide d’un ciment pour maintenir le matériau en place. Une cheville en métal ou en plastique est parfois placée dans le canal en guise de renfort structurel. Enfin, une couronne est souvent placée sur la dent pour lui redonner une forme et un aspect naturels. Si la dent est brisée, la pose d’un tenon radiculaire peut être nécessaire pour reconstruire la dent avant de mettre une couronne en place.

À prévoir

De nombreuses personnes craignent que le traitement de canal soit douloureux. Cela était le cas autrefois, mais de nos jours, grâce aux nouveaux anesthésiques et aux nouvelles techniques chirurgicales, un traitement de canal est aussi indolore qu’une obturation. L’infection dentaire (avant l’intervention) est généralement à l’origine de la douleur, et le traitement de canal est la solution pour régler le problème. En fait, la pulpe dentaire infectée peut donner lieu à un abcès dentaire et entraîner la destruction du tissu osseux qui entoure la dent.

Une dent traitée et restaurée peut durer toute la vie, à condition de prendre les mesures d’hygiène adéquates. Le traitement de canal est associé à un taux de réussite élevé, et est nettement moins coûteux que l’autre solution, l’extraction de la dent et son remplacement par une prothèse partielle fixe ou un implant.

La dent traitée n’est toutefois pas à l’abri de la carie, si bien qu’une bonne hygiène buccodentaire et des examens dentaires réguliers sont nécessaires pour éviter tout nouveau problème.

Pour savoir si un traitement de canal radiculaire a réussi ou échoué, les dentistes comparent généralement les nouvelles radiographies à celles prises avant le traitement. Ils peuvent voir ainsi si le tissu osseux continue de se désagréger ou s’il se régénère.

Il arrive qu’un traitement de canal échoue parce qu’une infection se développe à l’intérieur de la dent, ou parce que le tissu infectieux initial n’a pas été complètement éliminé. En pareilles circonstances, une apicoectomie, une intervention qui consiste à enlever l’infection et l’extrémité de la racine et à réaliser une obturation, est pratiquée. Sinon, un second traitement de canal est recommandé.